Historique de la race

Le Cavalier King Charles est un petit chien gracieux et plein d’allant, à l’expression douce et sérieuse.

Il doit une partie de son nom au roi Charles II d’Angleterre (1630 – 1685), qui selon un chroniqueur de l’époque, consacrait plus de temps à ses chiens qu’aux affaires du royaume.

Charles II le popularise tant, que la race se voit baptisée de son nom.

Mais cette race va évoluer. Un jour, les « Kings » de Charles II rencontrent les petits épagneuls Japonais de Catherine de Bragance, son épouse.

Plus tard, c’est du sang de Carlin et du sang de Pékinois qui revoient et corrigent les Kings.

Au début du siècle, un américain demande à ce que le type soit encore revu. Et sauvé de l’oubli, sa renaissance a lieu dans les années 30, outre Manche. Dans les années 70 chez nous, avec l’élevage de Norlys, des Mirkalines, de Siffle Mistral… et puis dans les années 80 avec les Marliviers, 90 avec les Arnuettes et bien d’autres.

Le Cavalier King Charles à son apparition  et le début de son évolution

Standard de la race

Le standard n’est pas très exigeant en ce qui concerne le gabarit, la disposition des taches colorées, le port d’oreilles ou de queue. Le Cavalier doit avoir un corps bien proportionné et une tête bien typique. 

Son front doit être bien large avec un crâne quasiment plat entre les oreilles, son poil doit être soyeux.

Sa robe peut être :

    -Bleinheim (taches châtain vif sur blanc perle)

   -Tricolore (noir, blanc et marques feu)

   – Noir et feu

   – Ruby (unicolore rouge intense)

Le standard en image :

Caractère et Tempérament

Pétillant d’intelligence et de malice, curieux de tout, rien n’échappe à sa vigilance.

Très affectueux, il ne peut se passer de la présence et des caresses de son maître.

Reconnaissant, il vous sera gré de toutes vos attentions.

Sa nature est douce, calme à l’égard des enfants. Compagnon équilibré pour toute la famille, il a une grande personnalité.

Alerte et vif, il apprécie les longues promenades, fait preuve d’entrain et se dépense sans se ménager.

En fait, il est calme ou bouillonnant selon les maîtres qui partagent sa vie.

Tout lui plaît, pourvu qu’on s’occupe de lui. Il est peu aboyeur, prêt à faire la fête au premier venu. Son éducation ne pose pas de difficultés particulières. Il accepte même de partager ses maîtres avec d’autres animaux (chiens ou autres).

Les cavaliers et le chat dorment ensemble … Les Goldens Retrievers et les cavaliers ont un caractère assez proche et sont d’excellents compagnons de jeu.
LE CAVALIER KING CHARLES