Les objectifs

Préserver, améliorer, promouvoir la race Braque du Bourbonnais dans toutes ses utilisations et disciplines.

  • Favoriser l’échange d’informations franches et honnêtes entre tous les éleveurs et amateurs de la race afin d’optimiser les qualités physiques et mentales des générations futures dans le respect du chien.
  • Œuvrer dans l’esprit des fondateurs de la race et à l’abri des phénomènes de mode.

Les moyens du toiletteur

La priorité restera toujours le choix de la meilleure cage pour chien pour les braques !

  •  Le Braque du Bourbonnais club de France devra être, par le biais de son affiliation SCC, reconnu par le ministère de l’Agriculture. Il a donc adopté les statuts et règlements intérieurs de celle ci.

  • Il constituera des bases de données afin de collecter le maximum d’informations sur l’état du cheptel français et entretiendra dans ce but des contacts avec les autres clubs de race Braque du Bourbonnais francais ou étrangers.

  •  Il pourra ainsi proposer des conditions d’agrément à la reproduction, des conseils d’orientation aux juges standards et de travail, une aide impartiale et argumentée au choix des accouplements.

  •  Loin de les dissimuler, il devra communiquer aux éleveurs et futurs propriétaires les éventuels problèmes de santé ou de caractère rencontrés dans certaines lignées. Ceci étant fait tout autant pour le bien être animal que pour la préservation de la race.

  • Toute personne appréciant cette race et adhérant aux principes énoncés ci-dessus peut demander à devenir membre.

  • Bonjour,

    Je m’appelle ERNESTINE du PECH Du CAYROL, j’ai 14 mois et je crois bien que j’ai fait un rêve deux
    jours durant …………………….Le « patron » nous a réveillé tôt un matin ……..

    Il est 4 heures et avec les cousins CHLOE, CLAIRE et CESAR de la CROIX SAINT URBAIN nous
    embarquons pour une destination encore inconnue…………………….

    Trois heures de route pour humer l’air du « midi » : MONTELIMAR Nord, MONTELIMAR Sud et
    bientôt l’arrêt. J’ai tout vu par la vitre. Nous sommes en plaine, près du Rhône. Il y a du mistral et
    il commence à faire chaud pour la saison. Le rendez-vous est fixé et nous nous retrouvons tous à
    l’ombre d’une haute haie de cyprès. Un grand champ en jachère avec un couvert d’herbes hautes
    sera le terrain du jour.

    Je vois passer des chiens magnifiques avec des carnets chargés d’excellent et CACT .J’entends
    dire qu’ils sont là pour l’entrainement. Les hommes se présentent. Il y en a un que l’on appelle
    le « renard » c’est Bernard FAUSSURIER ;
    Il connait bien la
    famille des Bourbonnais. Il en a eu dans le temps. D’ailleurs je suis issue en 4ème génération de son
    élevage par BRITT DES GRANDES ORIGINES. On se connait donc !

    J’ai bien enregistré, les photos se passent de commentaires …… J’ai vu des korthals, des braques
    français, des braques allemands un braque de l’ariège, un épagneul français, des setters. Tous des
    chiens magnifiques et parfaitement à l’aise sur le terrain.

    Leur chance : outre les faisans ils peuvent aussi croiser la caille qui à l’air de se plaire sur ce territoire.

    Je piétine, je tourne dans ma cage, j’aimerais moi aussi aller taquiner le gibier.

    Et le miracle se produit, le patron vient me chercher…..Alors là une occasion comme celle là : surtout
    à ne pas manquer. Le vent est bien établi mais mon dieu qu’il fait chaud dans ce pays ! il faut faire
    vite, battre le champ et repérer l’oiseau… Cette fois je l’ai bien senti mais je n’aurai pas la patience
    d’être aussi sage que les champions qui m’ont précédée. Le faisan se lève et zut malgré l’artillerie de
    service, il passe entre les plombs. Il faut que je me remette au boulot.

    Je reprends le vent et là : bingo, le revoilà mon oiseau. Arrêt ferme, envol et cette fois pas de détail
    le tir fait mouche. C’est fait je porte et rends l’oiseau et je les vois qui paraissent satisfait de ma
    prestation.

    La journée entière est réservée à l’entrainement en plaine. Les « chefs » s’accordent un break pour le
    déjeuner et hop retour sur le champ jusqu’au coucher du soleil.

    J’en aurai vu du beau monde : une journée de rêve ……..

    J’allais oublier de vous dire que j’ai rencontré une copine DHIVA du PONTEL de MAICOU Regardez
    comme elle est belle, c’est la sœur de DIOUK qui s’entraine le samedi avec nous : vraiment le
    hasard !

    La nuit n’a pas été longue… réveil à 6 heures et surprise retour chez le « renard ». Alors là pour moi

    c’est l’apothéose. Une séance à la longe et des oiseaux à volonté dans une jachère fleurie…….photo

    Et je vous dis, si après ce régime vous n’êtes toujours pas motivée, alors changez de métier et faites
    du clavier. Vous pourrez toujours vous contenter d’une sortie « virtuelle ». Vous aurez l’impression
    de faire un gros travail mais la réalité sur le terrain ça c’est autre chose !……………

    Après la séance cordeau, nous repartons ……Le patron remet tout le monde en voiture et là nous
    enchainons les montées, les virages et nous arrivons au col de BACCHUS, le bien nommé ! Oui
    vraiment je rêve : presque 1 000m d’altitude et un décor à vous couper le souffle !

    Nous sommes dans le Vercors sur un plateau d’estive fait de prairies au milieu des bosquets à la
    lisière des bois.

    Là encore j’ai tout bien enregistré : j’ai vu passer VICTOR des GRANDES ORIGINES. EXTRAORDINAIRE
    griffon korthal à Bernard FAUSSURIER, VICTOR, un beau mec, si je pouvais je lui demanderais un
    autographe. Il est issu d’une fantastique lignée de sélection : l’affixe des GRANDES ORIGINES.

    Il faut aller sur le site d’HENRIETTE « l’élevage des GRANDES ORIGINES » pour connaître le palmarès
    de tous ces chiens : Impressionnant……..

    Et là nous sommes tous sortis avec les cousins CESAR, CHLOE et CLAIRE : quel bonheur……

    BERNARD a bien donné les consignes. Pour réussir il faut d’abord aller à la chasse, beaucoup chasser
    naturellement, ensuite quand la passion est là on peut nous amener au FIELD TRIAL avec un
    dressage ad doc. Le secret c’est d’abord être un excellent chien de chasse débordant de passion qu’il
    ne faut pas chercher à canaliser, mais au contraire travailler le naturel.

    Je vous laisse admirer les photos que j’ai ramenées de ces deux jours. Et si vous avez des questions
    n’hésitez pas laissez moi un mot sur le site je vous répondrai rapidement.
    Maintenant il faut travailler avec les conseils du « renard » et attendre le prochain rendez vous à
    MONTELIMAR ………….Je ne manquerai pas de vous raconter la suite ……. Pour l’instant je retourne
    au boulot avec les cocottes à disposition …. A bientôt.

    Merci à toute la famille FAUSSURIER avec qui j’ai passé un excellent moment.

    ERNESTINE .

    Le Club…son histoire. Les archives et la bibliographie disponibles, nous permettent de penser que l’idée de la création d’un club de race, concernant notre chien, date de 1919. En effet, à cette époque, le docteur Henri Rigondet, chirurgien à Montluçon et M. Victor Léger, maire de Vichy, passionnés du braque du Bourbonnais, ont émis cette idée qui a fait son chemin pour aboutir, en 1925, à la constitution officielle du Club du Braque du Bourbonnais.(C.B.B.) 1925 est, également, l’année de dépôt du premier standard de la race au prés de la Société Centrale Canine. Le premier président actif fut M. de Lachomette. Il fut élu à la présidence de la Société Centrale Canine en 1938 ; à cette date, le secrétaire général, M. Buisson, assuma, de ce fait, le quotidien du club. La deuxième guerre mondiale interrompit les activités cynophiles de la France. De nombreuses races régionales françaises en subirent les conséquences, souvent fâcheuses, pour leur cheptel. En 1947, le club reprit ses activités. M. Tourret en fut le président, toujours secondé par M. Buisson, secrétaire général, assurant ainsi une transition logique. Suivit une période de mise en sommeil du club. L’effet de mode, pour certaines races ayant l’assentiment des chasseurs, a mis en péril plusieurs de nos merveilleuses races de terroirs. Dans les années 1970, un groupe d’amateurs passionnés s’est donné pour mission la renaissance du braque du Bourbonnais. En 1985, après une mise en stage, la Société Centrale Canine a, de nouveau, confié la gestion de la race au Club du Braque du Bourbonnais. M. Michel Comte a assumé la présidence de cette période jusqu’en juillet 2001, date à laquelle M. Alain Picot a été élu à la présidence. En 2002 de nouveaux statuts et règlement intérieur ont été approuvés. Malgré les nombreuses péripéties qui ont émaillé son existence, le but du Club du Braque du Bourbonnais est toujours le même : DEFENDRE LES INTERETS DU CHIEN D’ARRET FRANÇAIS.

La meilleure cage pour chien pas cher des braques du bourbonnais